Mon enfant ne semble pas heureux

0
Mon enfant ne semble pas heureux

IL NE PARLE PAS, IL SEMBLE TRISTE QUE FAIRE!

La dépression n’est pas une pathologie spécifique à l’adulte, certains enfants aussi sont concernés et présentent des troubles dépressifs,

les symptômes psychologiques de dépression chez le jeune enfant doivent alerter l’entourage et conduire systématiquement à une consultation vers un médecin ou un psychologue.

Avis du psychologue

A partir de 2 ans l’enfant poursuit sa rencontre avec la vie, découvre sur le plan psychologique ses pulsions ( sexuelles, d’auto-conservation, de vie, de mort…), ressent sur le plan psychologique des angoisses (de castration, devant un danger réel…) et vie les problèmes liés aux complexes (d’Oedipe, de castration…).

A travers ses vécus, l’enfant apprend à dépasser le problème de ses craintes sur le plan psychologique et à poursuivre son développement psychologique et cognitif.

A partir de 2 ans l’enfant est dans une phase de développement psychologique conditionné par un fonctionnement égocentrique, l’enfant est dans une forme de « toute puissance » ne laissant a priori que peu de place à l’apparition psychologique d’un état dépressif. Le contexte familial ou social dans lequel évolue l’enfant est souvent à l’origine de ses symptômes liés à un problème de mal être, d’un basculement dans un état psychologique dépressif ou une dépression :

  • Dépression psychologique d’un parent
  • Maladie ou hospitalisation d’un parent
  • Problème d’absence de la mère ou du père
  • Perte d’un parent, d’un grand parent, d’un ou d’une ami(e), d’un animal familier
  • Arrivée d’un frère ou d’une sœur
  • Carence psychologique affective
  • Problème de manque de valorisation voire dépréciation des réalisations de l’enfant
  • Problème de maltraitance
  • Agression physique ou psychologique
  • Racket
  • Position de bouc émissaire dans un groupe social
  • Handicap
  • Problème de rejet de l’enfant par d’autres enfants
  • Echecs amoureux de l’enfant
  • Complexes physiques…

Ces traumatismes conduisent, souvent, l’enfant à de fortes difficultés psychologiques et le confronte à une impossibilité de maintien de son développement psychologique. Très rapidement, des troubles psycho-comportementaux, psycho-affectifs et cognitifs apparaissent.

Dépistage d’un état dépressif ou d’une dépression chez l’enfant

Les signes d’alertes qui doivent éveiller l’attention de l’entourage : famille, amis, employés de crèche, nourrice, professeur des écoles, en général toutes les personnes qui ont un contact régulier avec l’enfant peuvent percevoir

LES CHANGEMENTS DES COMPORTEMENTS ET LES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES :

de comportements sociaux :

  • isolement, repli sur soi, mutisme, rupture de communication, agressivité physique ou verbale, fugue, manque d’intérêt pour le jeu, évocation fréquente de la mort ou du suicide…

de comportements scolaires :

  • manque d’intérêt inhabituel pour l’école, diminution de la capacité de concentration, chute des résultats scolaires, absentéisme…

de comportements alimentaire :

  • Perte d’appétit, boulimie, pratique du vomissement

De changements physiques :

  • Perte ou prise de poids
  • Ecchymose (coups)
  • Hématome (bleu)
  • Constipation
  • Ongles rongés
  • Chute de cheveux
  • Poussée d’eczéma
  • Manque d’attention portée à soi (toilette, habit…)

De trouble psychologiques :

  • Régression
  • Tristesse
  • Nervosité
  • Etats anxieux
  • Crises d’angoisses
  • Conduite obsessionnelle

Une dépression chez l’enfant ne se traduit pas par l’apparition de l’ensemble des symptômes précédemment cités, mais la détection simultanément de plusieurs d’entre eux ; on parle alors de syndrome dépressif. Un tel constat chez un enfant doit alerter et renvoyer à une consultation médicale. Une dépression chez un enfant se soigne en thérapie individuelle et familiale, elle est souvent le symptôme apparent :

  • d’un malaise et de dysfonctionnements internes à la famille
  • d’une mise en difficulté de l’enfant par un environnement social étranger à la famille et fréquenté par l’enfant
  • d’une différence difficile à surmonter.

Le conseil du Psychologue

  • Lorsque l’enfant ne maîtrise pas encore la parole, la prudence veut de conduire l’enfant à une consultation médicale.
  • Lorsque l’enfant maîtrise la parole il faut éviter les questions directes « tu te sens pas bien !», « tu ne vas pas bien », « quelque chose ne va pas », l’enfant est en souffrance et l’exprime, vous l’avez vu par des changements que vous avez remarqués, alors pas besoin de vérifier!
  • Préférez l’ouverture du dialogue, l’écoute et l’observation et montrez lui qu’il est important, pour vous, que vous l’aimiez « j’ai remarqué que…et cela m’inquiète »
  • Ne pas juger
  • Rassurez le sur votre démarche
  • Accompagnez le à une consultation médicale et engagez une prise en charge thérapeutique.

Ne perdez pas de vu:

  • qu’il y a des choses que l’on ne dit pas forcément à ses proches, on les protègent
  • que lorsque le malaise vient des proches, l’enfant ne dévoile que difficilement l’origine de celui-ci, il aura tendance à les protéger

Faire appel à une aide extérieure est un moyen nécessaire et «efficace pour aider l’enfant en détresse.

Pas de commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Mon enfant est-il hyperactif

Mon enfant est-il hyperactif ?

Turbulent ou hyperactif ? Normal ou pathologique? Courir,sauter,grimper partout, c’est plutôt normal chez un enfant.La question de l’hyperactivité chez l’enfant est de plus en plus ...