Il était une fois …

0
Il était une fois ...

IL ÉTAIT UNE FOIS… OU L’IMPORTANCE DES CONTES POUR ENFANTS

Pourquoi parents ou grands-parents racontent-ils des contes de fées à leurs enfants ou petits-enfants depuis la nuit des temps ? Qu’est-ce que cela leur apporte dans le champs de la psychologie du développement de l’enfant, quelles sont les vertus des contes pour enfants? Depuis le 16è siècle nous avons des traces de contes pour enfant.
Les versions que nous leur racontons aujourd’hui sont encore sur la base de ceux-ci, le plus souvent dans leur version édulcorée. Mais malgré les siècles qui passent, ils restent incontournables. Présents dans la plupart des familles il arrive qu’ils aient une place privilégiée lors du rituel du coucher de l’enfant. On aurait pu croire que la télévision ou autres nouvelles technologies leur auraient rendu la vie dure, mais loin s’en faut belles princesses et vaillants chevaliers restent indispensables dans le cÅ“ur de nos petits chérubins.
Beaucoup (psychanalyste, psychologue, sociologue…) se sont penchés sur la question de l’approche et de leurs impacts psychologiques et ont décortiqué les contes en long et en travers. Bruno Bettelheim est l’un des plus reconnu dans le domaine. Psychiatre et psychanalyste américain, il confronte ces histoires ancestrales de contes pour enfants à la théorie Å“dipienne. Bien sûr cela ne nous donne qu’un angle de vue, notons que d’autres sont passés par la théorie de la psychologie Piagétienne, mais son livre ” Psychanalyse des contes de fées ” reste une référence à l’analyse des contes de fée pour enfants..

L’avis du psychologue

Les thèmes abordés dans les contes de fées entraînent l’enfant (et l’adulte aussi pourquoi pas) dans un réalité familière et des problèmes existentialiste. Ils ne sont pas vraiment centrés sur le monde, ou la société en général, mais sur les conflits et situations familiales proches de la vie quotidienne de l’enfant. La construction du conte de fée est relativement simple, les détails ne sont présents que dans la mesure ou ils sont importants pour faire avancer l’histoire. Par exemple, chaque personnage, par les éléments de sa description, représentera le mal ou le bien, le bon ou le mauvais, le beau ou le laid, le gentil ou le méchant. Ces valeurs sont d’ailleurs présentes dans la quasi-totalité des textes de contes de fées pour enfants.
Par son approche simple et souvent binaire le conte de fée met en contact l’enfant sur le plan psychologique avec son propre vécu émotionnel. Observé sous l’angle de la psychologie, au fil des récits simplifiés, le conte de fée captive l’enfant et le fait plonger au cœur de ses propres ressentis, de ses propres angoisses d’abandon, de violence, de haine, d’amour, de jalousie, de peur, de souffrance, de mort, de sexualité.
Par une construction qui s’appuie sur le développement de l’imaginaire le conte de fée induit chez l’enfant les phénomènes psychologiques d’identification. Les petites filles s’identifient facilement à Cendrillon ou Blanche Neige et demandent parfois pour Mardi Gras à se déguiser en Cendrillon ou Blanche Neige, les petits garçons se prennent pour le prince qui réveille Cendrillon ou pour le Petit Poucet. Tous les enfants, à la lecture des contes de fées investissent un rôle et les composantes de la psychologie du personnage.
Cendrillon est malheureuse au début de l’histoire et la plupart des enfants ressentent ce sentiment se développer en eux lorsqu’ils écoutent le conte. Ils ressentent, des émotions, des tensions, des sensations, aussi difficiles soient-elles comme la tristesse, la peur, l’abandon et s’abandonne volontairement, sans résistance, sans problèmes au jeu psychologique de l’identification. L’enfant entre également à la lecture des contes de fées dans un voyage au cœur de ses pulsions ( de vie, de mort, de destruction, d’agression de l’objet extérieur, d’auto-conservation, sexuelle) à travers ces expériences le conte pour enfant permet, sur la plan de la psychologie du développement de l’enfant, de contribuer à l’appropriation par l’enfant de son registre émotionnel mais également son registre pulsionnel.

L’enfant éprouve du plaisir à jouer l’identification aux personnages des contes, il n’est pas rare qu’il rejoue en secret, à l’abri des regards des parents certaines scènes de conte. L’enfant, à travers le jeu se confronte aux principes de plaisir, de réalité et s’ouvre à son univers psychologique fantasmatique (composé entre autre de fantasme originaire), ces jeux lui permettent de répéter et remanier les scènes primitives infantiles pour mieux les faire siennes.
Le conte pour enfant est donc un élément de construction important du développement psychologique et affectif de l’enfant.
Il permet à l’enfant de franchir des étapes fondamentales dans son vécu émotionnel et pulsionnel et contribue à la maturation de l’appropriation ou à l’appropriation par l’enfant des étapes de constructions primitives ( angoisse d’abandon, complexe d’œdipe, de castration…)

Le conseil du psychologue

Lire un conte de fée à un enfant se fait en toute simplicité, nul besoin d’interpréter ou de chercher à donner une signification à l’enfant. L’impact psychologique reste s’il est lu dans sa simplicité.

Le moment de lecture d’un conte comme d’un passage de livre est toujours un moment privilégié ou le parent accompagne à distance l’enfant dans le chemin d’une histoire et dans l’aventure du développement cognitif (intellectuel).

Pas de commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.