Mon ado est en crise : que se passe-t-il ?

0

L’adolescence : le temps entre l’enfance et l’âge adulte

L’adolescence est le temps que l’on situe entre l’enfance et l’âge adulte, début souvent associé à l’entrée au collège ( 11 – 12 ans ). L’enfant entre dans son adolescence dès sa puberté ( d’où âge d’entrée très variable d’un enfant à un autre ).

Temps marqué par de nombreuses difficultés :

  • l’ado doit affronter et accepter les modifications de son corps
  • la découverte des premiers émois sexuels
  • c’est le temps où les parents doivent accepter d’être remis en cause et devenir sujet de désillusion.

Temps marqué à la fois par des transformations physiques et psychologiques. Les signes extérieurs pour l’ado sont les vêtements, la coiffure, le langage, les transformations corporelles ( pilosité, développement de la poitrine, de la musculature, menstruation…) ; les signes intérieurs pour l’ado (éclairage de la psychologie) sont le doute de soi, les problèmes liés à l’inquiétude sur l’avenir, annulation du passé, importance du présent, corporatisme par rapport au groupe d’amis, les problèmes d’abandon de la pensée magique, crainte de devenir vieux ( pour un ado c’est avoir 30 ans !!!!! ).

Qu’est ce que la crise d’adolescence ?

C’est avant tout le temps de la métamorphose physique.
C’est ce qu’on appelle plus communément chez le pré adolescent ou chez l’adolescent la puberté, c’est à dire l’ensemble des transformations physiques et physiologiques qui permettent à l’enfant et au jeune ado de devenir un sujet capable de procréer.

Les problèmes liés à la question de l’origine de la filiation ( particulièrement sensible sur le plan psychique) s’inscrit dans le corps, aux travers des différentes caractéristiques physiques que la puberté révèle chez l’ado ( taille, poids, poils…), toutes plus ou moins héritées des parents, avec les problèmes et la difficulté de cette confrontation pour l’adolescent. Ressemblance qui rassure l’ado sur le problème de ses origines ( « je suis bien fille ou fils de » ) mais qui au regard de la psychologie l’angoisse car il ne veut pas être comme eux ( ils sont vieux !!!!).
Ce sont les bouleversements hormonaux qui sont responsables de la plupart des signes physiques de la puberté chez l’ado et ils entraînent la modification psychologique des comportements et des pulsions, essentiellement sexuelles, jusqu’alors inconnues.

La métamorphose dont l’ado va être l’objet lui est imposée. Il ne la choisit pas et il n’est pas forcément prêt ni préparé à ces bouleversements. La crise d’adolescence devient alors l’expression d’un travail psychologique mental qui consiste à quitter l’enfance et ses privilèges pour intégrer un corps irréversiblement sexué et se l’approprier.

La crise d’adolescence se joue également au niveau psychologique.
Il n’existe pas d’ado sans crise. Certaines sont transitoires, d’autres plus durables sont plus ou moins manifestes. Il convient peut-être mieux de parler de CRISES d’adolescence au pluriel.

On peut repérer 3 types de crise chez l’ado: liée à l’identification, à l’identité sexuelle, à l’autonomie et à la différenciation.

Une crise ne veut pas dire maladie ou pathologie ! Qui dit CRISE signifie changement !!

La crise d’adolescence liée à l’identification

Dans le champ de la psychologie du développement (enfant/ado/adulte) l’identification est un mécanisme de défense qui permet à l’individu de se construire, en prenant un (ou plusieurs) trait de personnalité qui appartient à son entourage ( essentiellement les parents pour les enfants et ados, ou adulte de référence ). Ce mécanisme psychologique de défense est inconscient et participe à la constitution du Moi ( = personnalité) de l’enfant. A l’adolescence, le jeune ado continue à fonctionner à partir d’identification mais les supports identificatoires vont se déplacer vers d’autres personnes que les parents. Ce sera les pairs, les idoles, les héros, d’autres adultes de référence ; ceci est dû au fait que les parents ne sont plus idéalisés et deviennent des parents réels.

La crise d’adolescence liée à l’identité sexuelle

L’adolescence est avant tout la réactivation du complexe d’Œdipe ( liée à l’arrivée massive des pulsions sexuelles).

L’ado a peur d’être submergé par un désir (sexualité) qu’il ne maîtrise pas. Pour gérer cette crise, il y aura 2 façons différentes selon les garçons ou les filles.

La crise d’adolescence chez le garçon

Côté garçon, son excitation pulsionnelle l’exhorte à se trouver un objet d’amour, ça le fascine et l’effraie à la fois. Une violente force d’amour pousse l’ado vers sa mère ( qui est son premier objet d’amour ) mais le problème d’une menace toute aussi forte l’en dissuade dans le développement de sa sexualité ( interdit de l’inceste et chasse gardée du père ) . Le père de l’ado va « protéger » son fils en s’interposant entre lui et sa mère ( manifesté par les conflits père-fils ). C’est l’Œdipe négatif, à savoir que l’ado se soumet de façon symbolique au parent du même sexe. Cette soumission à la loi du père est donc un moyen de protection et une identification possible. Cependant cet appui sur le père crée d’autres menaces pour le jeune ado : celle dans le cadre de la psychologie de l’ado de la confusion identitaire d’une part, celle de la soumission « homosexuelle » d’autre part. Si l’ado est trop proche de son père, il risque de perdre ses propres limites et problème, ne plus savoir qui il est. C’est ici que le groupe de copains joue son rôle pour l’ado. L’étayage identificatoire auprès des autres ados permet au jeune garçon de se différencier de l’image paternelle, en cherchant à prélever des fragments d’identité sur les différents membres de la bande, tout en laissant parler le père qui est en lui, sans que cet aveu soit un problème pour l’ado de source de soumission ou de faiblesse ( ex. opinions politiques de l’ado et entendues dans le discours du père).

La crise d’adolescence chez la fille

Côté de la fille, dans le cadre de la psychologie du développement de l’ado, la gestion de l’Œdipe ne passe pas par les mêmes relais sociaux. L’adolescente cherche aussi du côté du parent du même sexe mais elle est prise dans un conflit confusion-différenciation bien plus intense que l’adolescent car la mère reste le premier objet d’amour auquel il est difficile de renoncer psychologiquement. La quête identitaire de l’adolescente la pousse à observer le corps de sa mère et à y découvrir les marques de la féminité, pas simplement les rondeurs, mais aussi les premiers dépôts de l’âge. Dans ce regard nouveau sur la mère se mélangent un problème d’attirance et d’effroi.

NB : ce qui est différent chez l’adolescent, car le rapport identité-rivalité entre le père et son fils ne porte pas sur le problème du corps lui-même mais sur ses productions ( force, robustesse, endurance…)

Ce corps à corps entre l’adolescente et sa mère les contraint à s’éloigner mais dans la construction psychologique le rapport soumission-rivalité n’est pas sous-tendu dans le champ de la sexualité par la crainte homosexuelle comme pour l’adolescent. ( on comprend ici pourquoi le garçon a plus de problèmes à se soumettre à quelqu’un ou à l’autorité ).
En effet, si se soumettre à la mère représente une menace de perte d’identité chez la jeune adolescente, cela ne constitue pas une menace pour son identité sexuelle et pour sa sexualité en devenir.
L’amie va servir de point d’ancrage extérieur au moment où l’adolescente doit se différencier de sa mère. L’amie renvoie au regard de la psychologie en miroir une image satisfaisante de soi. Elle va permettre à l’adolescente d’aborder la question de la féminité en déplaçant le rapport soumission-rivalité et en donnant à ce rapport une intensité moindre et en même temps un sentiment de maîtrise puisque la jeune fille « sans problème » peut choisir son amie à laquelle elle va s’identifier ( alors que sa mère, elle ne l’a pas choisie !!).

Les paradoxes de la crise d’adolescence

En résumé éclairée par la psychologie, la gestion de l’Œdipe négatif ( se soumettre symboliquement au parent du même sexe ) est difficile pour l’ado qui est confronté à une série de paradoxes :

  • Menace psychologique sur son identité narcissique / risque de confusion entre soi et parent du même sexe
  • Menace psychologique sur son identité sexuée / risque dans le cadre de l’émergence de sa sexualité du fantasme homosexuel que le rapport avec le parent du même sexe
  • Crainte d’être débordé par la violence du fantasme parricidaire ( tuer symboliquement le parent gênant ) avec le besoin de protéger son parent éventuellement en s’en éloignant

Pour sortir de cette crise, l’ado va se rapprocher de ses pairs :

chez le garçon , dans le cadre du développement de sa sexualité, la crainte homosexuelle lui impose de diluer ses relations au sein d’une bande de copains
chez la fille adolescente, la crainte est moindre et elle peut se laisser aller à des relations exclusives.

Ce que l’ado gagne en surface d’échange, la jeune ado le gagne en profondeur d’échange.

La crise d’adolescence liée à l’autonomie : Ce dont j’ai besoin, c’est ce qui me menace le plus

Le problème et le paradoxe de cette crise au moment de l’ado se situent entre le besoin d’être compris de l’autre et la nécessité d’ échapper à son contrôle.
L’ado se sent tiraillé entre ses besoins affectifs et sexuels qu’il ressent et en même temps vivre cette attirance et son besoin de l’autre comme une menace pour son autonomie. Cette sécurité affective, qu’il attribue aux adultes et particulièrement au couple de ses parents et dont il a besoin, c’est justement ce qui menace son autonomie naissante. Si l’ado s’éloigne (sorties à l’extérieur…) ou s’enferme dans sa chambre, ce n’est pas parce qu’il n’a pas besoin des adultes mais c’est parce qu’il a peur d’en avoir trop besoin, et ceci lui pose un problème. Les ados qui sont « assez sûrs » d’eux sont capables de faire le tri entre ce qu’ils acceptent et ce qu’ils refusent, qui pose problème de la part des adultes. Ils peuvent manier ce paradoxe sans trop de problèmes, sans trop de difficultés.

Le conseil du psychologue

Pour l’ado les autres sont pris, sur le plan psychologique, dans une double angoisse : si on ne s’occupe pas de moi, je me sens abandonné et sans valeur, mais dès qu’on s’occupe trop de moi, je me sens envahi et sous l’emprise de l’autre. L’un des compromis possible pour l’ado, ce peut être les conduites d’opposition et tous les troubles développés par les ados qui leurs permettent d’avoir une certaine maîtrise de la relation. En effet quand je vais mal, j’attire l’attention de l’autre mais j’échappe aussi sur le plan psychologique au pouvoir de cette attention car je mets l’adulte en difficulté. Ces problèmes ou ces troubles dont les ados veulent se débarrasser, ils y tiennent comme à une sorte d’identité : tout ce qui ne va pas, c’est vraiment eux, alors que ce qui va bien, on ne sait plus si c’est à soi ou aux parents.

Permettre à l’ado de gérer au mieux et de dépasser sa crise d’adolescence passe par une meilleure compréhension de la crise d’adolescence et par le renforcement ou dans certains cas à l’installation d’un dialogue. Parent ont peut parfois se sentir démuni face à la crise d’adolescence de son ado et avoir besoin d’un éclairage, dans ce cas, il ne faut pas hésiter à en parler et parfois avoir à faire appel à une aide extérieure.

Pas de commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

LISTE DES SIGNES DE DÉPRESSION

Liste des signes de dépression

Chacun des états décrits ci-après constitue un signe dépression. Le sentiment permanent de tristesse ou de chagrin est le signe dépression le plus répandu bien qu’à ...