« Maman je veux venir avec toi »

0
"Maman je veux venir avec toi"

L’angoisse de séparation est un repère important et nécessaire pour un bon développement psychologique chez l’enfant.

Si nous reprenons certains éléments de la psychologie du développement de l’enfant, lors des 2 premiers mois de sa naissance, l’enfant recherche d’abord un apaisement par les stimulations sensorielles.

Vers 3 mois à 6 mois, l’enfant prend conscience psychologiquement de la solitude et est apaisé par une présence quelle qu’elle soit. Ce n’est que vers 7-8 mois que l’attachement de l’enfant se personnalise vraiment. Les personnes qui ne lui sont pas familières lui posent problème et l’effraie, c’est ce qui est appelé la « peur de l’étranger ».

La séparation : une étape importante

Dans le domaine de la psychologie du développement de l’enfant la séparation est un passage important car il permet à l’enfant de mettre en place de nouvelles capacités, stratégies de fonctionnement. Selon la situation et les personnes, le jeune enfant va mettre en place psychologiquement des réponses émotionnelles différentes. Au regard de la psychologie du développement de l’enfant les réseaux d’attachements et émotionnels qu’il aura créé avec son entourage vont permettre au jeune enfant d’intégrer une constante psychologique en dehors de la présence de son entourage connu et lui donner confiance dans son envie de découverte et d’ouverture vers l’extérieure. Dans la psychologie de l’angoisse de séparation liée directement au développement de l’enfant, elle va disparaître peu à peu chez l’enfant. Les séparations vont être alors de mieux en mieux tolérées sur la plan psychologique. Vers 18 mois on peut voir apparaître, à nouveau, chez l’enfant, quelques difficultés psychologiques de la séparation, car c’est à ce moment que la figure d’attachement (la mère, le père ou toutes autres personnes référents) devient réelle en dehors de sa présence. C’est à ce moment que l’enfant construit une représentation psychologique mentale du parent comme existant réellement même lorsqu’il est absent. (C’est la permanence).

Lorsque nous sommes à cette période de la psychologie du développement chez l’enfant, l’acceptation (même si elle est toujours un peu difficile) de la séparation permet à l’enfant d’accéder au regard de la psychologie à certains apprentissages et une socialisation qui conduisent l’enfant, peu à peu, vers une certaine autonomie.

Une angoisse normale et capitale

Cette angoisse de la séparation est donc normale et capitale pour le bon développement de l’enfant. Il se peut qu’à certains moments clés, comme l’entrée au CP, en 6ème ou à l’adolescence, une certaine angoisse de séparation se rejoue chez l’enfant.

Cependant à l’éclairage de la psychologie de l’enfant l’angoisse de séparation peut également être un trouble qui apparaît chez l’enfant avant 18 ans. A ce niveau, il est important d’y prendre garde et de se faire aider par un tiers en ayant recourt à une consultation thérapeutique pour ne pas amplifier le trouble. Dans ce cas du trouble d’angoisse de séparation, on se trouve face à une anxiété psychologique excessive lorsque l’enfant est séparé des personnes auxquelles il est attaché (modification psycho comportementale). On constate alors chez l’enfant une forte détresse avec des manifestations psychologiques telles que la colère, les pleurs, des nausées, des maux de tête, une oppression respiratoire, jusqu’à une sensation d’évanouissement.

Un moment difficile pour l’enfant

Il est important de bien garder en mémoire que dans le cadre de la psychologie de l’enfant l’angoisse de séparation du développement n’est pas un trouble.

Cela fait parti intégrante de l’évolution de l’enfant. Il lui permet de se construire psychologiquement en dehors de la présence parentale et de gagner en autonomie. Cependant c’est un moment difficile à vivre sur le plan psychologique pour l’enfant (et aussi pour les parents) il est donc nécessaire de prendre le temps de le vivre sereinement.

Pas de commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Ado : « Je suis timide »

Ado : « Je suis timide »

« Ma timidité me pose problème » La timidité est un trait de caractère assez courant à l’adolescence. Sur le plan psychologique elle est une ...