Environ 10.000 adolescentes enceintes chaque année

0
Environ 10.000 adolescentes enceintes chaque année

Chaque année, en France, près de 10.000 adolescentes se retrouvent enceintes avant l’âge de 20 ans. Grossesse désirée ou non, on constate toutefois que beaucoup d’entre elles ont recours à une interruption volontaire de grossesse (IVG).

Chez les jeunes adolescente de moins de 18 ans, l’IVG est l’issue de plus d’une grossesse sur deux. 6000 mineurs décident chaque année d’avorter. Les autres décident de garder leur enfant et se retrouvent ainsi confrontées à la maternité à un âge où elle-même vivent encore des remaniements physiques et psychologiques importants.

Importance primordiale du dialogue

A ce moment le dialogue avec les parents a une importance primordiale, sans cela l’adolescente peut ressentir une profonde détresse. La peur d’affronter le regard des adultes constitue l’une des principales raisons de la reconnaissance tardive de ces grossesses à l’adolescence, de fait les délais légaux d’IVG (interruption volontaire de grossesse) sont ainsi parfois dépassés. Révéler cette grossesse revient pour l’adolescente à dire j’ai eu des relations sexuelles. Sur le plan psychologique la peur d’être jugée et l’angoisse face à la réaction des parents peuvent paralyser cette annonce.

Cela démontre bien l’importance et la nécessité de la communication entre parents et adolescent. Il est important que les parents parviennent à établir un dialogue avec leurs enfants, tout d’abord un dialogue préventif qui va rassurer les jeunes ados, les informer. Lors d’une telle annonce il convient de ne pas être moralisateur, laisser l’adolescent s’exprimer sinon cela pourrait entraver la communication qui s’établit. Cela n’est pas forcément chose aisée pour les parents qui ne sont, pour la plupart, pas habitués à parler de sexualité, notamment avec leurs enfants, ce sujet met souvent mal à l’aise. C’est un sujet tabou dans la société, qui pose problème et notamment au sein des familles, toutes classes sociales confondues. Les futures jeunes mamans ont besoin d’être accompagnées physiquement et psychologiquement au cours de cette nouvelle expérience que constitue la grossesse. Contrairement aux idées reçues les jeunes papas acceptent souvent d’assumer leurs responsabilités, même en cas de séparation. Eux aussi ont alors besoin sur le plan psychologique de se sentir soutenus.

Le conseil du psychologue

La venue d’un enfant va bouleverser la vie de la jeune mère, d’autant que celle-ci va endosser ce rôle avant même d’avoir été femme. La reconnaissance de la maternité leur permet d’accéder de façon plus précoce à un statut différent. Pour certaines, ce désir d’enfant peut d’ailleurs marquer une volonté de rupture avec la famille en construisant à leur tour leur propre famille. Pour d’autres cette grossesse peut venir faire écho à des carences de l’enfance et ainsi combler un certain manque. Le soutien psychologique de l’entourage et notamment des parents reste indispensable, le risque pour ces jeunes mères étant d’être déscolarisées de façon précoce et de se retrouver dans des situations sociales parfois difficiles.

Pas de commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Groupe d’affirmation de soi

L’affirmation de soi est une forme de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) qui vise à promouvoir l’égalité dans les interactions humaines en se basant sur la notion ...