Trop travailler peut-il faire déprimer ?

0

Les prisonniers du boulot ne font pas de vieux os chantait Henry Salvador dans « le travail c’est la santé ».

Chacun se fera une opinion sur le nombre d’heures qu’il vaut mieux travailler pour rester en bonne forme, mais une équipe de chercheurs finlandais et britanniques vient de mettre en évidence que trop travailler entraîne un risque plus important de faire une dépression.
Après avoir suivi pendant 5 ans un groupe de 2000 salariés âgés de 35 à 55 ans, les chercheurs ont observé que ceux qui déprimaient le plus étaient également ceux qui avaient les journées de travail les plus longues. Même pour les personnes qui n’avaient jamais connu d’épisode dépressif au cours de leur vie, la différence cinq ans plus tard était notable : ceux qui travaillaient onze heures ou plus par jour étaient deux fois et demi plus nombreux à avoir fait une dépression que ceux qui travaillaient entre 7 et 8 heures par jour. Le type d’emploi, notamment le fait que l’emploi occupé soit stressant ou non, n’avait aucune influence sur le nombre de dépressions. En revanche, l’âge et le sexe avaient leur importance : les femmes jeunes étaient davantage victimes de dépression lorsqu’elles travaillaient onze heures par jour. Mais, quel que soit l’âge ou le sexe, ceux qui travaillaient plus longtemps que les autres étaient plus vulnérables à la dépression.

Sauf lorsqu’on y est contraint par un chef ou une organisation de travail autoritaire, on a tendance à trop travailler lorsqu’on manque un peu de confiance en soi, qu’on veut prouver ses compétences, à soi ou aux autres. Et souvent, on s’y épuise, car la solution du problème n’est pas dans le travail. Les risques sont la dépression, mais aussi des problèmes d’attention, de mémoire, ou des troubles du sommeil. Plutôt que de travailler plus, il est parfois préférable de faire un travail sur soi.

Ou sinon une petite sieste tiens !

Source : Virtanen, M., Stansfeld, S. A., Fuhrer, R., Ferrie, J. E., Kivimaki, M. (2012). Overtime Work as a Predictor of Major Depressive Episode: A 5-Year Follow-Up of the Whitehall II Study. PLoS ONE 7(1): e30719. doi:10.1371/journal.pone.0030719

Pas de commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Les différents types de thérapies

Les différents types de thérapies

Il existe cinq orientations principales en psychothérapie : LES PSYCHOTHERAPIES ANALYTIQUES Les psychothérapies analytiques s’inspirent de la psychanalyse inventée par Freud. Elles considèrent que les ...